Xavier Thévenard : «Je me considère comme un skieur de fond qui court, plutôt qu’un coureur qui skie»

Après un hiver sur les skis de fond et de randonnée nordique, Xavier Thévenard entame sa saison du trail dans l’univers grandiose et magique de la Patagonie chilienne ce week-end. Un premier rendez-vous avec des courses prestigieuses comme les championnats du monde et l’UTMB, Son objectif de l’année.

 

Xavier Thévenard, vous voilà à l’orée d’une nouvelle saison de trail. Comment vous sentez-vous après cet hiver où vous avez enchaîné les sorties et les exploits comme la victoire partagée avec Didier Roy sur la GTJ 200 ?

Je me sens bien, content d’avoir ressorti les baskets, j’ai hâte de commencer la saison, je suis plein d’envie et de motivation pour cette nouvelle saison. Oui j’ai fait quelques bonnes sorties en ski cet hiver. Comme d’habitude j’ai fait un bon volume horaire, ce qui me permettra par la suite d’enchainer les courses sans trop de difficulté pour récupérer.

 

Il y a encore quelques années, vous faisiez du trail pour préparer la saison de ski de fond. C’est aujourd’hui l’inverse. Que vous apporte cette coupure hivernale notamment en matière de variété de sports ? 

L’hiver c’est fait pour skier, alors je ne cours pas. Je suis un skieur de fond à la base, mes valeurs, mon environnement, mon entourage font partie de la culture jurassienne, et ça je ne l’oublie pas. Même si le ski me sert de préparation pour la course à pied. Je me considère comme un skieur de fond qui court, plutôt qu’un coureur à pied qui skie. C’est vrai que j’essaye de varier les différentes pratiques de ski. En plus de ski de fond je fais beaucoup de ski de rando nordique, nous avons le meilleur terrain de jeu pour cette pratique dans le massif du Jura. Comme en été d’ailleurs j’essaye de varier les sports outdoor, car ce que j’aime avant tout c’est l’effort physique associé aux beaux paysages.

 

Impatient de reprendre un dossard sur une compétition de trail, notamment du côté de la Patagonie où vous disputerez l’ultra fjord au Chili ce week-end ? 

Oui très impatient d’en découdre pour lancer officiellement la saison 2015. J’ai hâte de savoir où j’en suis physiquement. Je fais le 70 km, ce week-end en Patagonie car c’est une bonne distance pour commencer la saison, pas trop long, pas trop court. Puis c’est sur cette distance où il y a le plus de concurrence.

 

Qu’est ce qui a motivé votre choix pour reprendre la compétition dans ces contrées lointaines ?

A la base, c’est Asics qui m’a proposé de faire cette course. Donc j’ai tout de suite dit « oui », sans hésiter. Car ce sont des paysages, des climats, des environnements qui me conviennent à merveille.  J’adore cette ambiance. Puis c’est un univers magique, grandiose.

 

L’UTMB 2015 reste le gros objectif de la saison

 

L’an passé, après votre succès sur la TDS, vous annonciez que l’UTMB se gagnera bientôt en moins de 20 heures. Vous parliez pour vous ?

Non je parlais plutôt de manière générale, quand je vois comment le trail évolue, il y a toujours plus de compétitivité, les allures sont de plus en plus rapides. Alors je pense que la barre des 20 heures tombera prochainement sur l’ UTMB. Ça serait un peu prétentieux de dire que je descendrais en dessous des 20 heures sur un UTMB, car dans le monde de l’utra on n’est jamais à l’abri d’un coup de moins bien. C’est pour cela qu’il faut savoir rester humble car la montagne peut toujours nous prouver le contraire. Bien entendu l’UTMB 2015 reste le gros objectif de la saison. Je n’ai qu’un seul but, c’est de battre mon temps personnel.  La place m’importe peu, du moment que je fais un meilleur chrono qu’en 2013.

 

"L'UTMB 2013 reste mon objectif principal"

“L’UTMB 2013 reste mon gros objectif de la saison”

Vous êtes membre du team Asics trail : comment avez-vous programmé, en accord avec vos entraîneurs sans doute, les rendez-vous de votre saison ? 

C’est moi qui choisis les courses auquel je veux participer. Après il faut qu’il y ait une cohérence dans l’enchaînement des objectifs. Mon entraineur c’est moi-même. Je suis toujours en train d’adapter la programmation pour un objectif. Je fonctionne au jour le jour en ayant une vision sur du long terme. Au team j’ai des personnes qui m’aide, qui me conseille dans différents domaines. Le reste je suis assez grand, pour savoir ce qui me convient, ou ce qui me convient pas. Si j’ai un doute, une question, alors je vais me renseigner, je vais aller chercher l’information.

 

Enfin, vous aurez “l’honneur”, pour reprendre votre terme, de porter le maillot de l’équipe de France lors des championnats du monde à l’occasion de la Tecnica Maxi-race à Annecy-le-Vieux le 30 mai. Forcément une fierté, un devoir, une joie ?

Oui je suis très content de participer aux championnats du monde. Il  va y avoir un beau parcours, avec une très belle concurrence. Des courses comme je les aime. Mais il reste un peu de chemin à parcourir avant d’être en forme le 30 mai prochain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.