Yann Carrez : « je vais participer à la coupe du monde de rollerski de la Bresse »

Avec Tao Quéméré lors de la poursuite, Yann Carrez est l’autre surprise du championnat de France de rollerski. Vendredi, il s’est classé troisième du sprint derrière les spécialistes Igor Cuny et Baptiste Noël. Une belle performance pour le skieur de Haut-Jura ski qui lui permet de débuter en fanfare sa première année en senior. Il sera du coup ce week-end à la Bresse, pour la coupe du monde.

Capture d’écran 2013-08-23 à 22.11.28

 Yann Carrez (à droite), avec Baptiste Noël et le champion de France Igor Cuny


Vendredi, vous êtes monté sur le podium de l’épreuve de sprint du championnat de France de rollerski. Etait-ce une surprise pour vous ?
Oui, cela a été une surprise pour moi, je ne m’y attendais pas du tout, surtout pour ma première année senior. De plus, je n’avais aucun repère sur ce type d’épreuve.

Vous retrouver avec Igor Cuny et Baptiste Noël, devant le Pontissalien Antonin Pellegrini, les spécialistes de l’exercice, c’est une vraie performance.
Oui, ce sont les références nationales en rollerski. Je ne pensais pas pouvoir rivaliser avec eux (en arrivant sur l’épreuve, mon objectif premier était de me qualifier !).

Quel bilan tirez-vous de ce championnat de France à Prémanon ?
Le bilan est positif avec ma troisième place et ce malgré ma non-participation à la poursuite pour cause de blessure. Sur le plan sportif, ce furent des championnats de France de haut niveau avec la participation des meilleurs français de toutes disciplines.  L’organisation était parfaite, les parcours bien adaptés et très techniques, et le public nombreux a contribué à donner une dimension particulière à ces championnats.

Le week-end prochain, vous participerez du coup à la coupe du monde de rollerski à la Bresse. Qu’attendez-vous ?
Ce sera une première pour moi, je découvre, mais mon objectif est d’essayer de faire aussi bien en sprint qu’au championnat de France. L’appétit vient en mangeant.

 

Un problème de communication”

Cet été, vous avez cosigné une lettre ouverte avec d’autres athlètes du groupe élite du comité régional de ski du massif jurassien. Vous y dénonciez une sorte d’abandon. Que s’est-il passé depuis ?
Cette lettre traduisait l’inquiétude de l’équipe face à ce qui nous semblait être de l’immobilisme voire de l’indifférence dans le fonctionnement de l’équipe élite du massif jurassien. Je fais partie d’un groupe, je suis solidaire du groupe même si mes exigences ne sont pas les mêmes que celles des plus anciens et des meilleurs éléments de ce groupe. 
Il s’avère qu’il y avait peut être un problème de communication car en fait la commission fond s’activait pour trouver une solution aux problèmes qui se posaient et notamment le recrutement d’un entraîneur pour l’équipe. Depuis la situation a évolué avec l’embauche de Cyril Michaud-Fidey qui nous accompagnera tout au long de l’année.  Par ailleurs, une réunion a eu lieu entre le bureau, la commission fond du comité régional du Massif jurassien et les membres de l’équipe au cours de laquelle les problèmes ont été évoqués et résolus pour un certain nombre d’entre eux. Du travail reste à faire mais l’essentiel est sur la bonne voie, c’est-à-dire la saison hivernale prochaine et sa préparation.  Maintenant à nous de nous entraîner et à pousser forts sur les bâtons !

Du coup, comment vous êtes-vous entraîné cet été ?
Cela fait maintenant une dizaine d’années que je cours en faisant partie de groupes d’entraînement encadrés. Par ailleurs, j’ai suivi la formation au monitorat de ski de fond, j’ai aujourd’hui les éléments nécessaires pour conduire un entraînement de base. L’entraîneur me permettra de confirmer mes options et d’affiner mon plan d’entraînement. Il était jusqu’à ce jour basé sur un travail d’endurance et de musculation avec de nombreuses heures en ski à roulettes. 
D’autre part je bénéficiais d’un appui du comité départemental de ski du Jura dans le cadre de l’équipe départementale avec laquelle j’ai suivi des stages et je bénéficiais des conseils de Gérard Verguet.
Maintenant, j’aborde une période au cours de laquelle le travail va devoir être beaucoup plus qualitatif et là l’accompagnement régulier d’un entraîneur qualifié devient indispensable.

Quels sont aujourd’hui vos objectifs pour l’hiver ?
Mes objectifs pour l’hiver prochain reposent sur les courses nationales avec notamment les épreuves de sprint dans le cadre du Nordic challenge et des championnats de France. Il convient de rester lucide et de ne pas se faire trop d’illusions au niveau des résultats compte tenu que c’est ma première année en catégorie senior et que la concurrence est rude.